Bruxelles, pionnière en économie circulaire

Proposé par Portail / Portaal
23 Octobre 2017
Bruxelles, pionnière en économie circulaire
Portail Construction Durable / Portaal Duurzame Bouwen
Depuis 2016, une petite révolution circulaire est en cours à Bruxelles. Si la démarche n’a pas encore percolé au sein de l’ensemble des cénacles entrepreneuriaux, on observe tout de même une dynamique croissante et un foisonnement de projets dont l’objectif est de faire du bien à l’environnement et à la société, tout en maintenant le cap de l’équilibre économique.

Hé oui, Bruxelles est une région pionnière. C’est une des premières à avoir adopté un programme régional en économie circulaire en mars 2016. C’est d’ailleurs de ses travaux dont s’est inspirée Paris qui vient d’adopter son plan économie circulaire pour 2017-2020, nous annonçait Madame Antoinette Guhl, adjointe à la Marie de Paris lors du premier colloque annuel BECIRCULAR en septembre de cette année.

Mais c’est quoi encore l’économie circulaire ?

On pense souvent que l’économie circulaire consiste « simplement » à recycler les matières provenant d’équipements ou de produits usagés. En fait, ce n’est qu’une toute petite partie de la solution et celle qui se conçoit finalement en tout dernier recours ! Pourquoi ? Parce qu’elle considère les équipements et les produits usagés comme des déchets. Or dans le concept d’économie circulaire, il n’y a plus de déchets.

Les produits usagés sont considérés comme des ressources dont on va tenter de prolonger la durée de vieinfo-icon, ce qui veut dire que les principes de réemploi et réparation vont primer sur le recyclage. De ce fait, la boucle que vont suivre les matières sera plus courte, tout bénéfice pour l’environnement car les procédés de recyclage sont souvent consommateurs d’énergie, d’eau et présentent un impact sur l’environnement plus important que les étapes de réemploi ou de réparation. Dans le concept d’économie circulaire, on cherche à garder au maximum la valeur ajoutée qui a été donnée au produit lors de sa fabrication initiale. On va chercher même à leur additionner de la valeur, c’est le cas de l’up-cycling.

Mais ça ne s’arrête pas là. Il ne s’agit pas juste de gérer les produits ou équipements devenus moins performants, il s’agit aussi de repenser la manière d’offrir de la valeur à son client. En ce sens, on va totalement repenser sa chaîne de valeur de façon à optimiser l’utilisation des ressources aussi bien dans la phase de production que dans la phase d’utilisation, ce qui est totalement nouveau. Cela peut se matérialiser par le partage de produits entre plusieurs clients dans le cadre de plateforme de partage ou via l’abonnement à un bien qui circulera entre différents clients.

On comprend donc aisément que l’économie circulaire cherche à maintenir la valeur des ressources voire à l’augmenter. Il n’y a pas de place pour le down-cycling.