STS-P 71-3 Etanchéité à l’air des bâtiments Essai de pressurisation

Proposé par Catherine Grimonpont
05 Novembre 2015
STS-P 71-3 Etanchéité à l’air des bâtiments Essai de pressurisation
SPF Economie
Ces STS-P (spécifications techniques / technische specificaties) concernent des prescriptions relatives à la réalisation d’essais de pressurisation des bâtiments au moyen d’appareils de pressurisation et/ou de dépressurisation.

Pour un bâtiment, le niveau d’étanchéité à l’air est souvent le reflet de la qualité de la construction. Au-delà des économies d’énergie qu’elle engendre ou de l'aspect réglementaire, un bon niveau d’étanchéité à l’air présente de nombreux intérêts.

  • Une bonne étanchéité permet d’éviter les fuites d’air parasites, permettant ainsi de limiter les déperditions de chaleur et de réaliser des économies d’énergie.

  • Associée à un système de ventilationinfo-icon performant, une bonne étanchéité permet d’assurer une bonne qualité d’air intérieure en limitant l’impact énergétique de la ventilation.

  • Une bonne étanchéité influence par ailleurs favorablement le confort thermique et acoustique au sein du bâtiment en limitant la transmission des bruits extérieurs.

  • Enfin, elle contribue à la préservation du bâti, en limitant, entre autres, les risques de condensation à l’intérieur des parois.

L'étanchéité à l'air d'une construction définit sa capacité à empêcher le passage de l'air de l'extérieur vers l'intérieur… et inversement. Elle se quantifie à l'aide du débit de fuiteinfo-icon qui traverse l'enveloppe sous un écart de pression donné entre l'extérieur et l'intérieur du bâtiment. En Belgique, on exprime généralement l'étanchéité à l'air pour une différence de pression de 50 Pa. Différents indicateursinfo-icon sont utilisés pour exprimer cette performance dont la perméabilité à l’air déterminée sur la base des dimensions extérieures (v50info-icon) (voir définitions au §4.1.19).

Toutefois, pour atteindre le niveau de performance énergétique escompté et une bonne qualité d’air intérieure, l’étanchéité à l’air est indissociable d’une bonne isolation thermique, d’un système de ventilation performant (garantissant le renouvellement d’air hygiénique) et de la mise en place d’installations techniques performantes. En effet, augmenter les épaisseurs d'isolant dans les parois sans prêter attention à l'étanchéité à l'air est un non-sens en termes d'énergie. De même, rendre un bâtiment étanche sans assurer un renouvellement d'air frais par une ventilation contrôlée pourrait mettre en péril le confort, voire la santé des occupants. Les trois points énumérés ci-avant sont donc indissociablement liés. Si ce principe est bien entendu d'application pour les constructions neuves, il est primordial de l'appliquer également en cas de rénovation de bâtiments existants

Actuellement, hormis dans des zones à mesurer présentant des compacités très élevées comme dans le cas de certains appartements, des habitations construites sans prêter d'attention particulière à l'étanchéité à l'air ont généralement un v50 compris entre 6 et 12 m³/(h.m²). On peut atteindre un objectif situé entre 2 et 6 m³/(h.m²) grâce à une conception judicieuse et une mise en œuvre soignée. En deçà de 2 m³/(h.m²), une véritable expertise est nécessaire tant au niveau de la conception que de l'exécution : tous les nœuds constructifs doivent faire l'objet d'une étude adéquate et une sensibilisation de tous les corps de métier impliqués est indispensable. Un essai de pressurisation réalisé en cours de chantier (test d'orientation) constituera également une aide précieuse.

 

Fichiers attachés: